1 immeuble, 1 œuvre: une nouvelle génération de promoteurs s'engage pour l'art

1 immeuble, 1 œuvre: une nouvelle génération de promoteurs s'engage pour l'art

Il y a 3 mois 1 semaine

Via le HuffPost

34 promoteurs sont signataires de la charte « un immeuble - une œuvre » en 2019 les engageant à commander une œuvre d’art lors de tout nouveau programme de construction. Une initiative portée par les promoteurs, le Ministère de la culture et la Fédération des Promoteurs Immobiliers de France.

 

L’action artistique est décentralisée. Une œuvre sur deux est commandée et installée en région”, commente Arthur Toscan du Plantier, président de l’association “Le Club un immeuble - une œuvre”. “La vocation du programme est de favoriser la création en soutenant l’écosystème artistique, et en particulier les artistes. C’est aussi un moyen de rassembler la majorité des acteurs de l’immobilier autour d’une ambition: l’art au plus proche de tous ceux qui, pour des raisons économiques, sociales ou géographiques sont éloignés de la culture”, précise l’ancien conseiller au cabinet de Fleur Pellerin, alors ministre de la Culture et aujourd’hui, directeur de la stratégie et du mécénat d’Emerige. “un immeuble - une œuvre” s’inscrit dans la droite ligne des dispositifs de soutien à la création et de sensibilisation à l’art tel que le 1% artistique qui consiste depuis 1951 à ce que les constructions publiques consacrent 1% du coût des travaux à la commande ou à l’acquisition d’une œuvre.

L’œuvre rythme mes pas, elle m’accompagne à chacune de mes allées et venues, je la vis comme une danse”, déclare enthousiaste, Camille, une riveraine interrogée devant la fresque de Françoise Pétrovitch représentant une marche et inaugurée au printemps à Montreuil. La réalisation a été coordonnée et financée par le promoteur Emerige en lien étroit avec l’artiste et les architectes de l’immeuble, Babbled Architectes. “Les jambes de mon personnage ont été peintes dans un seul geste”, confie l’artiste, ravie du regard positif des passants et satisfaite de l’opération.

 

Sept promoteurs ont rejoint en 2019 la liste des signataires de la première heure regroupant des groupes tels que Vinci Immobilier, Hines, Emerige, Bouygues Immobilier, Marignan. La nouvelle génération de promoteurs compte des acteurs attentifs à l’environnement comme Esprimm, société spécialisée dans la construction de logements haut-de-gamme. “Signer la charte, c’est adhérer à une philosophie. L’art fait partie intégrante de nos projets d’architecture”, témoignent ses dirigeants, Benoît d’Halluin et Emmanuel Basse, qui n’ont pas hésité à faire appel à Daniel Buren. En 2018, l’inventeur de l’in situ a habillé d’élégantes compositions en marqueterie de corian le hall d’un immeuble résidentiel à haute performance énergétique situé dans le quartier du Point du jour à Boulogne-Billancourt. “L’association organise des visites d’exposition et permet aux promoteurs d’être judicieusement conseillés par un collectif de art curators”, ajoutent les fondateurs d’Esprimm, eux-mêmes collectionneurs. Une plate-forme unimmeubleuneoeuvre.fr facilite la mise en relation entre artistes, galeristes et promoteurs qui peuvent être accompagnés dans leurs démarches.

 

La première édition du prix “un immeuble – une œuvre” décerné par le Ministère de la culture a été remis le 3 juin dernier rue Valois par Franck Riester. Les membres du jury, parmi lesquels Jean de Loisy, à la tête des Beaux-Arts de Paris, la galeriste Marion Papillon et l’artiste Fabrice Hyber, ont récompensé sept artistes français, dont deux femmes et un collectif de street-art. Parmi les réalisations remarquables, “La Traversée”, une œuvre monumentale d’Eva Jospin installée dans Beaupassage, programme conçu par Emerige. L’artiste explore les profondeurs métaphoriques du carton à travers une forêt imaginaire de 24 mètres de long située à l’orée de ce nouvel îlot parisien dédié à la gastronomie, dans le 7e arrondissement à Paris. Les deux autres trophées, conçus par les designers Jean-Baptiste Fastrez et Brynjar Sigurdarson et réalisés par la Manufacture de Sèvres, ont été remis à Bouygues Bâtiment France Europe et LinkCity et les artistes Asto, Astro, Olivia de Bona, Théo Lopez, Zdey pour leurs fresques peintes à chaque étage de la résidence étudiante Ambroise-Croizat à Villejuif et à VINCI immobilier et l’artiste Louise Frydman pour ses deux œuvres en céramique, “Forêt blanche” et “La Fée des pétales”, disposées dans des halls d’immeubles résidentiels à Puteaux.

 

Près de 300 œuvres depuis 2015 ont été commandées à des artistes permettant de confronter l’art au regard des résidents ou des passants. Ce dispositif inédit offre la promesse d’un urbanisme de caractère, une trame vivante par laquelle le paysage se transforme et les lieux de vie s’humanisent. Pour suivre sur Instagram les différentes réalisations, un hashtag: #1immeuble1oeuvre.

 

Alexia Guggémos

Critique d'art, directrice de L’Observatoire Social Media - Smiling People

Alexia Guggémos est journaliste et critique d'art, membre de l'Association Internationale des Critiques d'art, experte en art digital. Auteure d'un guide pratique "Les Médias sociaux à l'usage des artistes", elle est directrice de L’Observatoire Social Media - Smiling People. En 1996, elle crée le Musée du sourire, premier musée d'art contemporain sur Internet. Elle anime cette chronique Art depuis 2012 sur le Huffington Post. A suivre sur Twitter @alexia_guggemos